Blog > cookies, future of ads, tracking

Tracking : Mesurer vos ventes et conversions dans un monde cookie-less

Partage

           

L’acceptation des cookies est en baisse… et l’arrivé de la Privacy Sandbox avec Google Chrome va mettre un coup de pied dans la fourmilière ! Sans l’acceptation des cookies il est plus compliqué d’estimer ce qui fonctionne et de nourrir les algorithmes.

Les cookies restent très importants pour le paid media

En effet, la fin de l’utilisation progressive des cookies tiers à des conséquences importantes sur : (1) la mesure de la performance des campagnes publicitaires, (2) la baisse de la capacité de suivi sur les sites web, (3) la diminution de la précision des ciblages publicitaires et (4) l’inflation des coûts de diffusion.

Cela résulte assez logiquement par une donnée moins nombreuse, complexifiant l’analyse des comportements utilisateur sur le web par les algorithmes, et donc plus de difficulté pour leur pilotage.

4 solutions à mettre en place pour limiter cet impact

Heureusement, différents moyens existent pour limiter cela, et assurer plus de remontées de donnée. voici la liste des 4 meilleures solutions que nous recommandons de mettre en place rapidement si ce n’est pas déjà fait : 

  1. Conversion API : pour se passer des cookies et connecter son site directement aux serveurs de régies publicitaire social paid (server-side). Vous pouvez installer conversion API via différents moyens, les plus communs étant via un plugin, via Google Tag Manager (server-side) ou manuellement (direct). Plus d’information sur cet article.
  2. Enhanced Conversion Google Ads : l’équivalent du tracking server-side du Social Paid, mais pour le Search Paid (on se passe donc aussi ici des cookies). Ici, dès qu’un utilisateur effectue une action de conversion, des données personnelles sont collectées depuis le site web de l’annonceur à travers différents champs comme l’e-mail, le nom, la date de naissance ou l’adresse. Google crypte ces données (hachées via SHA256) et les transmet à ses serveurs pour trouver une correspondance et attribuer (ou non) la conversion.
  3. Consent Mode : c’est la modélisation des conversions par les internautes ayant refusé les cookies (Google par exemple va regarder si la même adresse IP continue sa navigation sur le site, à quel moment il le fait, depuis quel navigateur, et estime ainsi s’il s’agit du même internaute ou non pour simuler ses actions de conversion). Il essaie ainsi de modeler les conversions qu’il n’a pas pu mesurer en utilisant des signaux autres que les cookies.
  4. L’optimisation de votre CMP : si le refus des cookies est problématique, faire baisser ce KPI de refus peut être une solution. Via votre CMP (consent management platform) qui vous sert à gérer votre bannière de consentement, vous pouvez effectuer des A/B Tests afin d’améliorer votre taux de consentement, et donc de favoriser la remontée des cookies.

Conversion API bien que pratique, doit néanmoins obtenir un consentement utilisateur, non pas pour utiliser les cookies mais pour partager les données utilisateurs. Il reste néanmoins assez efficace puisque lié au pixel, il permet un meilleur pilotage algorithme notamment, mais aussi, comme l’Enhanced Conversion de maximiser la taille de vos bassins d’audience en retargeting. En attendant d’implémenter ces solutions, l’optimisation de la CMP doit être une piste à explorer.

Laissez un commentaire

Votre email ne sera pas visible pour les autres internautes

Abonnez-vous et recevez des tips paid media directement par email